Retour

Earl Du Foin Dans Les Bottes

L’EARL Du Foin Dans Les Bottes a été créée le 1er mai 2017. La gérante, Sariah Monclin, après avoir suivi une formation pour adulte et obtenu son BP REA, installe ses 30 premières chèvres de race Poitevine à Cubnezais, en Nord Gironde, sur 7 ha de prairies et 2 ha de bois. Les chèvres intègrent leur nouvelle résidence toute de bois bardée le 1er janvier 2018.
La première production de lait commence en mars 2018. Les fromages, transformés à la ferme, sont vendus en circuit court, directement sur place, mais aussi par le biais d’AMAP et autres associations, de magasins de producteurs et sur les marchés.
Afin de répondre à la demande, le cheptel est doublé dès la seconde année, et l’EARL atteint son rythme de croisière, entre 60 et 80 chèvres, produisant en moyenne 2 L de lait par jour, en agriculture biologique, et selon un cahier des charges d’exigences et de convictions personnelles que s’impose l’éleveuse. Les aliments non produits sur la ferme doivent toutefois provenir d’une agriculture paysanne et d’un rayon de moins de 100 km.
Les emballages sont fabriqués en France, de préférence en papier recyclé, compostable, ou en verre.
Les projets sont nombreux ! Le premier étant d’intégrer en tant que salarié Gabriel Gonçalves, compagnon de Sariah, pour la nouvelle saison 2020. Cette même année, la gamme se verra enrichie de yaourts, en pots en verre.
Dans les années à venir, les prairies seront totalement arborées pour se prémunir contre les étés de plus en plus chauds et secs, et ainsi affourager en vert les animaux avec les feuillages, ombrager les parcelles et améliorer la qualité des sols.
Les chevreaux, au lieu d’être injectés dans le circuit de l’industrie alimentaire, seront engraissés et vendus à la ferme. Une nurserie destinée à cet usage doit être réfléchie.
Un salarié est envisagé à mi-temps dans le courant 2022.
Des fleurs mellifères seront semées sur des parcelles en jachère afin de soutenir les insectes pollinisateurs et diverses espèces de passereaux.
Les espèces animales présentes seront variées, en choisissant des races à petits effectifs dans un souci de préservation, pour développer un pôle pédagogique.
Pour multiplier les sources de revenus, accroitre l’attrait des consommateurs et soutenir la biodiversité, un verger en self-cueillette sera implanté dans les années à venir.
Pour résumer, les idées foisonnent, toujours projetées en vertu d’idéaux écologiques affutés, dans le plus grand souci du vivant sans lequel l’humain n’est rien.

Quelques produits proposés